Entre deux loisirs, créez votre entreprise !

Créez votre entreprise
Les petits enfants trouvent formidable de pouvoir dire que leur père est « chef d’entreprise », quitte à susciter des jalousies. Mais on n’est pas obligé d’être PDG d’une multinationale pour appartenir à cette catégorie prisée. En effet, pour éviter de finir dans une geôle japonaise, mieux vaut se contenter d’entreprises à taille humaine. Et parmi celles-ci, nous trouvons jusqu’à l’auto-entreprise et de nombreuses formes de travail indépendant.

Même si vous aimez jouer aux jeux vidéo ou vous amuser sur le net, il vous sera facile d’avoir une activité professionnelle en parallèle, le tout à votre compte !

Trouver LA bonne idée

Les start-up qui percent et deviennent des géants à l’échelle planétaire partent d’une bonne idée, innovante et savamment exploitée. C’est tout l’art de l’entrepreneur et cela ne procède pas d’une recette magique. Il est cependant possible de créer son entreprise ou son activité de façon plus classique, sur des créneaux qui existent déjà. De là, on pourra en quelques clics accomplir toutes les formalités de création nécessaires, comme cela est indiqué sur sur lyon-entreprises.com.

Il est par exemple possible de profiter d’une franchise ou d’ouvrir une boutique. Pour réduire les coûts et se mettre à l’heure du tout numérique, cette dernière aura tout intérêt à être exclusivement en ligne. Autant choisir un marché qui vous tient à cœur et que vous connaissez vraiment. Il vous faut aussi songer à la prestation de services, là aussi généralement numériques, en fonction de vos compétences propres.

La question du statut juridique

Le problème de la forme juridique n’est pas une mince affaire, d’autant plus qu’elle se décide d’emblée et a d’importantes répercussions sur la suite des événements. Lancé en 2007, le statut d’auto-entrepreneur permet de jauger sans prendre le moindre risque un marché, mais il ne se prête pas à la déduction des dépenses. Dans un tel cas, il vaudra mieux opter pour l’EIRL ou le travail indépendant en nom propre, le régime micro-social étant là aussi possible. Pour les formes sociales, c’est l’EURL qui s’approche le plus de ces réalités. Vient ensuite la SASU.

Les autres sociétés concernent des affaires plus importantes, volumineuses et ambitieuses. Il s’agira principalement des SAS, SARL et SA. L’idéal est de faire le point avec le conseil d’un avocat ou juriste pour connaître la meilleure solution en fonction de sa situation personnelle : contexte familial, biens personnels à protéger, chiffre d’affaires espéré, volume des dépenses nécessaires, etc.

Partager

A lire également

Suivant
« Précédent
Précédent
Suivant »

Réagissez à l'actualité