Resident Evil : Degeneration - La projection privée !

C'est grâce au camarade Stagueve de Nowhere Else que LudoFJ et moi avons eu le privilège d'assister à une projection privée de l'adaptation en film d'animation de la franchise Resident Evil (Bio Hazard en VO). Organisée par Sony Pictures, cette soirée se tenait dans la salle parisienne du Club de l'Etoile (14 rue Troyon, 75017) petit lieu cosy joliment décoré, équipé pour la projection numérique (lire ici). C'est dans ce lieu que des journalistes, blogueurs et autres professionnels du cinéma furent rassemblés autour d'un cocktail au champagne, avant de découvrir cette nouvelle aventure horrifique inspirée des jeux vidéo mondialement connus, déjà adaptés en films live. J'ai d'ailleurs eu la joie d'échanger quelques mots (en japonais, svp) avec Suzuka, animatrice sur No Life TV pour ceux qui connaissent. Môichidô dômo arigatô gozaimashita, Suzuka-san ! ^^

La production de film d'animation a été confiée à Kobayashi-san, géniteur de la saga, déjà impliqué dans les 4 premiers épisodes parus sur consoles. Récemment sorti dans les salles nippones où il a rencontré un beau succès, RE : Degeneration s'apprête à atteindre les côtes européennes mais aux formats DVD et Blu-Ray uniquement (sortie le 4 février 2009). Sony a fait les choses en grand, puisque le père de Resident Evil était bel et bien présent, se pliant aux jeux des photos (ici avec Stagueve), interviews, dédicaces et échanges avec le public. Après un petit pitch d'introduction, Degeneration fut projeté à l'assemblée impatiente.

Direct, la déception : la projection est en basse qualité, les sous-titres pixellisent, mais l'image 4/3 reste potable. Mouais, pas top pour une sortie annoncée en Blu-Ray et une salle richement équipée ! :(
Ce volet de 1h36, entièrement réalisé en images de synthèse, nous propose une sombre histoire de contamination avec Claire Redfield et Leon S. Kennedy en vedettes, luttant pour la protection de la population contre une attaque terroriste et chimique liée au Virus T. Des souches du virus restent en effet en possession de la firme WilPharma qui œuvre pour la production d'un vaccin à grande échelle depuis les évènements de Racoon City, et qui n'hésite pas à mener des tests sur des patients humains pour parvenir à ses fins. Je ne vous en dirai pas plus sur la suite du scénario.

Alors que penser de cette production ? D'abord, qu'elle ravira certainement les fans de la saga, reprenant fidèlement les codes des jeux vidéo : zombies, bruitages, décors ravagés, boss, big boss et complots. Ensuite, que l'action est au rendez-vous, malgré quelques lenteurs dans la narration et des passages sous-exploités. Enfin, la qualité technique est indéniable, on n'est pas loin de FFVII Advent Children chez Square Enix.

Cette soirée s'est achevée sur le retour de Kobayashi-san, qui s'est d'abord indigné d'avoir vu le générique de fin coupé en plein milieu, un manque de respect pour le staff du film à ses yeux (un froid parmi les organisateurs), avant de répondre aux questions de la salle qui ont eu du mal à émerger : les secrets de fabrication, le succès au Japon, ses projets à venir, ses épisodes favoris, et j'en passe. L'agacement, la gêne et la retenue ont marqué cette séance à mon sens, dommage. Pas sûr que son passage par Paris lui laisse d'excellents souvenirs, on a frisé l'incident diplomatique avec ces histoires de générique ! :)

Sur ce, je vous rends l'antenne, c'était Loxodon en différé du Club de l'Etoile. Merci Stag', merci Sony et à vous, les studios ! :)

Partager

A lire également

Suivant
« Précédent
Précédent
Suivant »

3 commentaires

commentaires
19/11/08 08:02 delete

Une soirée tendu comme on dit, bon bah je vais attendre la sortie du DVD moi...

Reply
avatar
23/11/08 14:16 delete

grosse bourde mais la soirée était très sympa et le réalisateur très disponible !

Reply
avatar

Réagissez à l'actualité